S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
«Lake Placid: Legacy»: au royaume des dents numérisées
3Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Un groupe d’aventuriers intrépides se risque sur une île isolée pour remporter un concours. Ils découvrent alors un laboratoire mystérieux et un redoutable prédateur.

Sorti en 1999, le premier Lake Placid, réalisé par Steve Miner était savoureux et drôle, en plus de cultiver un suspense haletant. La brochette d’acteurs irréprochables faisait des flammèches avec l’animatronique géant. Presque vingt ans plus tard, nous en sommes au sixième film de cette franchise, devenue télévisuelle depuis.

Lake Placid posterComme on pouvait s’y attendre Lake Placid: Legacy est un réservoir à clichés. On ne se branche pas sur SyFy pour y regarder des films élaborés, mais de petits films bas de gamme ayant le mérite de nous amuser. Et si ce n’est pas le cas? Personne ne sera surpris de lire que ce volet présente un scénario décousu et carrément ringard. En revanche, difficile ici d’y percevoir de l’autodérision. Le résultat est donc que cet étalage d’inepties est une tentative avortée de présenter un film qui fait peur. Contrairement à une série de nanars qui assume être de la foutaise — on pense entre autres aux Sharknado —, ce dernier opus se prend au sérieux alors qu’il ne le devrait pas.

Inefficace à susciter les rires ou à créer le moindre suspense, le long-métrage devient lourd et ennuyant. Hors de question de prendre à la légère ses adolescents sur qui on a plaqué des rôles d’adultes expérimentés puisque le ton du film n’est pas à la rigolade. Une journaliste professionnelle qui semble à peine sortir du secondaire et un scientifique pubère font partie de ces nouveaux héros sans saveur auxquels se frottera le crocodile géant. Leur précocité n’empêchera pas ces petits génies de prendre des décisions aussi improbables qu’outrancières.

En parfaite adéquation avec le scénario, la réalisation de Darrell Roodt, un expert en série B, échoue à générer une ambiance inquiétante. Il faut dire que les minables CGI, qui remplacent la marionnette réaliste du premier film, ne l’aident en rien.

À travers cette vitrine de médiocrité, les acteurs laissés à eux-mêmes ne présentent que très peu d’intérêt.

A propos de l'auteur

Jean-François Croteau

Bachelier en études françaises, et diplômé d’un majeur en études cinématographiques, Jean-François est un cinéphile assidu depuis son enfance. Fasciné par l’histoire du septième art, Il a toujours su conjuguer ses deux passions qui sont le cinéma et l’écriture. Administrateur de la page Facebook "Le club de l’horreur du Québec", il adore échanger sur le cinéma avec d’autres fans.

Articles similaires

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.