Little Evil: Damien la petite peste

Note des lecteurs5 Notes5.6
4

Les fans de Tucker and Dale vs Evil avaient de quoi se réjouir: Eli Craig, le créateur d’une des comédies d’horreur les plus sympathiques qui soit, est de retour avec un nouveau film dans le même registre. Avec Little Evil, disponible exclusivement sur Netflix, on quitte par contre la parodie de slashers classiques pour atterrir dans l’univers des films d’enfants diaboliques, à savoir The Omen, principalement.

Gary (Adam Scott, Krampus) a enfin trouvé la femme de ses rêves. C’est aux anges qu’il emménage de façon précipité chez cette dernière, la jolie Samantha (Evangeline Lilly, Ant-Man). Malheureusement pour lui, Samantha est aussi mère d’un petit garçon de 5 ans pour le moins étrange. Gary ne mettra pas longtemps avant de le soupçonner être l’incarnation du fils du diable en personne.

Little Evil souffre d’un grave problème de personnalité. Premièrement, le scénario n’arrive pas à décider s’il s’agit d’une comédie ou d’une parodie. Bien que le film s’approprie quelques scènes de classiques tels que The Shining ou Poltergeist, la blague n’est jamais poussée à l’extrême et demeure d’avantage un simple clin d’oeil. Deuxièmement, alors que Tucker and Dale s’adressait aux fans de cinéma d’horreur en particulier, ce dernier métrage vise plutôt le dénominateur commun du «large public». Les références au cinéma d’horreur deviennent donc, pour nous fans aguerris, extrêmement routinières, voire usées à la corde.

D’ailleurs, parlant de problème d’identité, que faut-il penser d’un personnage comme celui de AL, meilleur ami de Adam; un homme, limite macho, interprété par une femme? Évidemment qu’il faut prendre la farce au premier degré, mais dans cette ère où l’identité des genres n’est plus un phénomène social excentrique, le choix est douteux. Et que vient faire l’acteur Clancy Brown dans ce rôle du révérend, presque copié-collé sur celui qu’il interprétait en 2003 dans la magnifique série Carnivàle?

En plus de tous ces problèmes, la production de Little Evil n’a rien de bien séduisante. Les effets spéciaux et autres éléments de la mise en scène paraissent plutôt bon marché. Notre petit diable n’a également rien de bien menaçant à offrir, mais ce qui agace le plus, c’est le manque de subtilité avec lequel le scénario vient s’attendrir durant le dernier acte. L’ensemble s’avère forcé, sans âme et… jamais vraiment drôle.

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.