rift 2017

[Critique] Rift: les lisses parois de la raison

Note des lecteurs0 Note
3.5
Note Horreur Québec

Décidant d’aller rejoindre son ex-conjoint au tempérament instable qui lui a téléphoné pour l’appeler à l’aide, un jeune homme plonge lentement dans l’étrangeté lorsqu’il se rend au chalet isolé de ce dernier. Alors que les anciens amants échangent des confessions, il devient de plus en plus évident que quelqu’un ou quelque chose les observe.

On peut mentionner d’entrée de jeu que Rift ne plaira pas à tous. Il s’agit d’un puissant drame psychologique aux contours terrifiants qui se refuse la moindre facilité pour garder le spectateur captif, jusqu’au générique. Rappelant par moments des films extrêmement fouillés comme le The Tenant de Polanski, ou le Enemy de Denis Villeneuve, nous sommes confrontés à un onirisme captivant aux allures de cauchemar.

svg%3ELe cinéaste et scénariste Erlingur Thoroddsen nous raconte une histoire somme toute assez simpliste, mais choisit de la relater d’une manière excessivement complexe. Difficile de définir ce devant quoi nous sommes confrontés. S’agit-il d’une histoire de fantôme, de prémonitions, de souvenirs ou y a-t-il un prédateur sexuel qui rôde près de nos protagonistes? À chacun son point de vue. L’absence de réelles explications devient à la fois la force, mais la faiblesse du film. On reste avec cette impression qu’avec plus d’indices, on aurait peut-être pu nous diriger d’une manière plus percutante vers une réflexion. N’est-ce pas formidable, en revanche, de constater qu’on développe un film sans tomber dans les mécanismes d’usage qui mène à une résolution classique? La compréhension de tout n’est pas un gage essentiel pour évaluer la qualité d’un film. Dans le cas de Rift, l’indétermination ne compromet en aucun cas les richesses qu’on a à offrir. Il faut dire que le scénariste martèle son histoire de monologues et de dialogues subtils qui rappellent l’inoubliable Scenes from a Marriage d’Ingmar Bergman et que certains échos cauchemardesques rappellent le Persona du même génie.

La sublime photographie confère une poésie aux scènes dramatiques, mais nourrit l’inquiétude des passages effrayants. Le tandem d’acteurs est d’une grande justesse.

RIFT trailer | BFI London Film Festival 2017

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×