Stéphane Bourgoin, spécialiste des serial killers, avoue ses mensonges

Auteur d’une trentaine d’ouvrage au sujet des serial killers, Stéphane Bourgoin fait figure d’expert et a souvent été appelé à parler de profilage et de son travail dans des documentaires ou des colloques. Enfin… C’était le cas jusqu’en janvier, lorsque la chaîne YouTube 4e Œil Corporation a publié une série de vidéos dressant le bilan des incohérences de ses témoignages.

Malheureusement supprimées pour cause de droits d’auteur, celles-ci ont enflammé les médias sociaux, qui se sont emparés de l’affaire. Même l’émission Arrêt sur image s’est mise de la partie. Ces pressions ont fait fruit: Bourgoin a enfin passé aux aveux dans Paris Match.

Connu surtout pour ses entrevues avec des tueurs en série comme Richard Chase (le vampire de Sacramento), celui qui traverse actuellement la France pour une tournée de conférences payantes n’a pas du tout la même réputation d’expert ailleurs dans le monde. Le célèbre profileur John Douglas a d’ailleurs déclaré que ni lui, ni aucun agent de l’unité du profilage criminel du FBI, n’a entendu parlé de Bourgoin.

On reproche surtout au Français d’avoir inventé la terrible histoire justifiant son intérêt pour les tueurs en série. Ainsi, la femme de Bourgoin n’a jamais été violée et assassinée par un serial killer alors qu’ils vivaient aux États-Unis. Cette victime, c’est en fait une travailleuse du sexe de Floride avec laquelle l’auteur avait eu des rapports sexuels. Confronté par Paris Match, l’écrivain spécialisé, qui a maintenant 67 ans, s’est à peine défendu: «J’arrive à l’heure du bilan. Mes mensonges me pèsent».

Selon Paris Match, «Bourgoin n’a rencontré que quelques-uns des serial killers qu’il affirme avoir interviewés, qu’il n’a pas résolu la plus grande affaire criminelle de l’histoire américaine ni n’a poussé aux aveux un tueur en série sud-africain. Non, il n’était pas footballeur professionnel dans sa jeunesse, et on ne retrouve pas la trace de sa jeune épouse américaine.»

Cette affaire de tueur sud-africain est particulièrement problématique puisque Bourgoin, qui y a d’ailleurs consacré le livre Profileuse: Une femme sur la trace des serial killers, s’attribue le travail de la profileuse Micki Pistorius, qui affirme qu’il «lui a volé sa vie.» Celui que la presse surnomme le serial menteur a peu à dire pour se défendre: «J’ai exagéré mon importance. J’ai parfois dit des conneries…»

Stéphane Bourgoin est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages dont Serial killers: Enquête sur les tueurs en série, Le livre noir des serial killers et Mes conversations avec les tueurs, que les librairies déplaceront toutes bientôt dans la catégorie Fiction.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.