Entrevue sue brown

Sue Brown: horreur australienne d’origine québécoise [Entrevue]

Sue Brown, alias Ursula Dabrowsky, a signé son premier film d’horreur Family Demons en 2009, puis a récidivé en 2014 avec Inner Demon, qui est devenu viral sur YouTube et distribué sur quelques grandes plateformes telles que Shudder et Prime Video. Née au Québec, elle a plutôt débuté sa carrière en Australie, où elle demeure présentement, et entend bien compléter sa trilogie Demon amorcée avec un nouveau film encore plus ambitieux prochainement.

Loin de sa terre natale, la cinéaste indépendante s’est entretenue avec Horreur Québec pour nous parler de son parcours et de sa volonté de revenir au pays pour de futurs projets horrifiques.


Horreur Québec: Parle-nous de toi. Tu vie en Australie, mais tu es née au Québec. Comment en es-tu arrivé aussi loin?

Sue Brown: Après mes études en cinéma, j’avais déjà l’intention de faire une maîtrise en production cinématographique alors que je travaillais à temps partiel à l’Office national du film du Canada. Ensuite, mes plans ont changé. J’ai rencontré un Australien qui m’a encouragé à visiter son pays, alors j’ai décidé de faire une «année sabbatique» et de voyager en Australie avec un visa vacances-travail. J’ai décidé de rester de plus en plus longtemps et, finalement, je suis restée pour de bon. Ce n’était pas une décision facile à prendre et à ce jour, j’ai encore le mal du pays. La culture québécoise me manque, parler français tous les jours et les amis que j’ai laissés derrière moi.

HQ: Où as-tu étudié le cinéma et comment as-tu débuté à réaliser des films?

Family Demons pochette DVDSB: J’ai été encouragée à postuler au programme de production cinématographique de l’Université Concordia par Guylaine Dionne. Elle-même venait de terminer ce programme et enseignait un atelier de production de courts-métrages dans un centre communautaire de l’avenue du Parc, où j’ai réalisé un court-métrage en Super 8 sur mon chien, appelé Cuz I Need a Friend Now. Guylaine m’a suggéré de postuler à Concordia avec le film, ce que j’ai fait, et à ma grande surprise, j’y suis allée. Je n’aurais jamais pensé à le faire autrement. J’ai récemment découvert qu’elle est présentement chargée de cours à la faculté de production cinématographique de l’Université Concordia. Je ne suis pas surprise, car elle est une enseignante fantastique et c’est une formidable école de cinéma. J’ai eu une si belle expérience pendant mon séjour là-bas.

HQ: Tu produis tes films sous le nom de Sue Brown, mais tu utilises Ursula Dabrowsky pour les réaliser. Quelle est l’histoire de ton alter ego?

SB: En 2004, j’ai proposé une idée de court-métrage d’horreur à mon partenaire, Garry, sur une femme qui était si désespérée d’avoir un bébé, qu’elle attaque et tue une femme enceinte et vole le fœtus. J’avais lu cette histoire de true crime américain dans les journaux et je savais tout de suite que le concept ferait un fantastique film d’horreur. J’ai soumis le scénario à l’organisme public de financement du cinéma pour la production, mais il a été rejeté à l’unanimité par le comité d’évaluation.

Ironiquement, j’ai découvert plus tard que ce même concept de court a été transformé en long métrage d’horreur français À l’intérieur par Alexandre Bustillo et Julien Maury. À l’intérieur était un énorme succès d’horreur et est dans le top dix des meilleurs films d’horreur français. Comme vous pouvez l’imaginer, c’est facilement l’un de mes films d’horreur préférés. Quand j’ai présenté l’idée à Garry, il a pensé que le concept était si complet qu’il a plaisanté en disant que je devrais changer de nom. Je lui ai dit que j’adorerais changer de nom. Pourrait-il trouver quelque chose de plus intéressant que Sue Brown? Et tout de suite, il a dit: «Et Ursula Dabrowsky?» J’ai adoré le nom dès que je l’ai entendu et j’ai décidé de l’utiliser comme pseudonyme de scénariste / réalisatrice pour Family Demons et encore avec mon deuxième film d’horreur, Inner Demon. C’est ainsi que mon alter ego, Ursula Dabrowsky, est né.

HQ: Tes premiers films n’étaient pas de l’horreur. Comment es-tu entré dans ce genre?

SB: Quand j’ai commencé à faire des courts-métrages, j’étais attiré par la comédie, mais tout a changé quand j’ai regardé Ju-on (2002) de Takashi Shimizu. Ce film m’a inspiré pour faire mon premier film d’horreur psychologique, Family Demons. Le film d’horreur surnaturel de Shimizu a été tourné en un seul endroit, avec peu d’acteurs et le personnage fantôme effrayant et coassant de Kayako Saeki est l’un des méchants les plus menaçants que j’aie jamais rencontrés. J’ai décidé d’essayer de faire de même: écrire un film d’horreur en un seul endroit avec peu d’acteurs et créer un fantôme effrayant et c’est ainsi que Family Demons est né.

HQ: Family Demons et Inner Demon sont les premiers films d’une trilogie, mais ils ne sont pas liés comme des suites. Quelle est la relation entre ces films et que peux-tu dire à propos du prochain opus?

Inner Demon affiche filmSB: Le troisième volet de la trilogie démoniaque d’Ursula Dabrowsky est un film d’horreur de survie surnaturel appelé Ruby, Ruby. Inspiré par un mythe urbain originaire de la ville australienne du sud de Kapunda, Ruby, Ruby raconte l’histoire de deux amis du lycée, Ollie et Hannah, qui se rendent au tristement célèbre cimetière St John, un endroit isolé connu pour être hanté par le fantôme vengeur d’une adolescente assassiné: Ruby Bland. Les adolescents sont curieux de connaître le mythe entourant la mort de Ruby, survenu en 1909, alors qu’elle vivait au St John’s Reformatory, un endroit pour filles «rebelles». Selon la légende, Ruby a été engrossée par un prêtre catholique qui a dissimulé son crime en pratiquant un avortement qui a ensuite tué Ruby. Elle a été enterrée au cimetière St John, où son fantôme est connu pour errer dans le cimetière à la recherche de son bébé. Quand Ollie et Hannah arrivent au cimetière et trouvent la tombe de Ruby, ils ne savent pas que Caleb, un camarade déséquilibré, les traque. Quand Hannah chante naïvement les mots de malédiction, dans l’espoir d’évoquer le fantôme de Ruby, les filles se retrouvent bientôt dans un combat pour leur vie contre des maux à la fois surnaturels et humains.

L’histoire de Ruby, Ruby est une continuation de mes obsessions thématiques, explorant principalement le physique et le psychologique, l’abus de pouvoir et comment ses conséquences peuvent créer des parties vraiment terrifiantes de l’expérience des adolescentes. Avec Family Demons, une adolescente répond à sa mère abusive et alcoolique en la tuant, mais le fantôme de sa mère revient la hanter, une métaphore de la difficulté à surmonter le traumatisme émotionnel générationnel. Avec Inner Demon, une adolescente est enlevée par un couple de tueurs en série. Elle s’échappe, se cache dans un placard et saigne à mort d’une blessure, puis se transforme en un esprit qui se venge de ses bourreaux. Ruby, Ruby regarde l’horrible perspective de deux adolescentes coincées dans un cimetière hanté et se retrouvant face à face avec l’esprit de Ruby qui revient de l’au-delà pour se venger de sa mort injuste et de celle de son bébé.

J’ai écrit le scénario de Ruby, Ruby en juillet 2018 et depuis lors, j’ai eu jusqu’à présent trois évaluations de scripts sur l’histoire, et la réponse a été extrêmement positive. J’ai utilisé ces commentaires pour réunir une équipe de production et nous envisageons de lancer la production entre le début et la mi-2022.

HQ: Avec le deuxième film de la saga Demon, nous pouvons voir une amélioration de ta technique. Comment as-tu évolué entre les deux films et qu’as-tu appris de tes expériences précédentes?

Inner Demon filmSB: Les valeurs de production sont plus élevées avec Inner Demon, car j’avais un budget plus important. C’était toujours très bas, mais pas comparé au premier film. J’ai tourné Family Demons en deux semaines avec un budget de 6500 dollars, alors qu’avec Inner Demon, nous l’avons tourné en quatre semaines avec 350000 dollars. Nous avons également eu de meilleures caméras, des lentilles de qualité, un camion de tournage, etc. Nous avons tourné Inner Demon avec une caméra Arri, alors que Family Demons a été tourné avec une Sony Z1P. Malgré les 350000 dollars, une fois que j’avais payé tout le monde, le budget était encore incroyablement serré et c’était une vraie lutte pour terminer le film comme je l’envisageais.

Malgré les obstacles, Inner Demon a depuis été projeté dans plusieurs festivals de films à l’étranger, notamment Etheria Film Night à Los Angeles, Film4 FrightFest Film Festival de Londres et Sitges International Film Festival en Espagne. Terror Films, une société de distribution basée à Los Angeles, a acquis les droits de distribution et a sorti le film dans le monde entier à la mi-2017 et l’a sorti avec succès sur de nombreuses plates-formes de streaming, notamment Shudder, Amazon Prime, iTunes et Vudu. Inner Demon a été téléchargé avec des publicités sur YouTube où il est depuis devenu viral, après avoir été vu plus de 4 millions de fois. Je suis ravie qu’Inner Demon ait eu un tel succès et vu par tant de fans d’horreur, et j’ai hâte de revenir sur le plateau et de faire un film encore meilleur. Mais cette fois, avec un budget plus réaliste, donc j’ai une meilleure chance de frapper un coup de circuit avec Ruby, Ruby!

HQ: Au Québec, ce n’est pas facile de faire des films de genre. Quelle est la situation en Australie?

SB: Après le succès de Wolf Creek, The Babadook et Relic, nous sommes très chanceux que Screen Australia continue de soutenir le genre horreur. Ils ont récemment soutenu le premier film d’horreur, Talk to Me, des frères RackaRacka, Danny et Michael Philippou, et les réalisateurs Hannah Barlow et Kane Senes tournent actuellement Sissy, une satire d’horreur.

HQ: Dans de nombreuses cultures, la réalisation de films est un travail d’hommes et peu de place est accordée aux femmes. Au Québec, nous avons beaucoup de femmes talentueuses dans le domaine du cinéma, mais il y en a très peu dans l’horreur. Comment expliques-tu le manque de réalisatrices?

SB: Il n’y a pas autant de femmes qui réalisent des films que d’hommes, point. Peu importe le genre. Les choses changent et elles continueront de changer quand plus de femmes commencent à croire que le cinéma est un cheminement de carrière valide. Je continue à ce jour de parler aux adolescentes et aux jeunes femmes et beaucoup d’entre elles ne sont pas conscientes des opportunités qui existent dans l’industrie cinématographique. Les filles doivent apprendre à l’école que la narration d’histoires au cinéma et à la télévision est une option de carrière viable.

Inner Demon image film

HQ: Quelles sont tes influences? Y a-t-il des films qui t’ont inspiré et y ajoutes-tu une partie de ton héritage culturel dans tes productions ou tu es principalement inspiré par la réalité australienne?

SB: Je suis inspirée par la réalisation de grands films, donc je regarde des films dans tous les genres et dans tous les pays. J’ai tendance à préférer les films avec des personnages féminins uniques dans les rôles principaux qui ont généralement une sorte de défaut et sont confrontés à des probabilités insurmontables qu’ils sont déterminés à surmonter. The Queen’s Gambit est un exemple récent du genre d’histoire qui m’attire et qui coche toutes mes cases. J’adore aussi les films australiens, en particulier ceux qui mettent en valeur le spectaculaire paysage australien. La plupart de mes films ont été tournés principalement avec des intérieurs, mais Ruby, Ruby se déroule principalement dans un cimetière délabré et envahi par la végétation avec un bâtiment de réforme en ruine à proximité. J’ai hâte de tourner mon premier long-métrage où je vais utiliser le paysage australien vaste, étrange et désolé.

HQ: Tu m’as déjà dit que tu aimerais revenir au Canada et faire un film dans ton pays natal. Est-ce toujours un projet d’avenir?

SB: J’adorerais revenir au Québec et faire un film avec une distribution et une équipe canadienne-française. Revenir au Québec pour faire un film ou une série télévisée est un de mes objectifs depuis longtemps. J’espère vraiment que cela arrivera un jour.

HQ: Y a-t-il autre chose que tu aimerais ajouter pour les amateurs d’horreur québécois qui voudraient découvrir tes films?

SB: Saylavee Productions a une page Facebook, alors allez cliquer «J’aime» pour rester en contact avec ce que je fais!

Inner Demon film rencontre

Family Demons et Inner Demon sont disponibles en DVD, mais il est également possible de voir Family et les premiers films de Sue Brown sur le compte YouTube personnel de la réalisatrice, et Inner est disponible sur Shudder, Prime Video, iTunes et Vudu, ainsi que gratuitement sur YouTube.

Ursula Dabrowsky's Family Demons Trailer HD (2009)

Ursula Dabrowsky's Inner Demon Trailer HD (2015)

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×