S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Critique: Abattoir
4.5Note Finale
Note des lecteurs: (2 Votes)
8.4

Julia (Jessica Lowndes, Autopsy), journaliste immobilière, fait la macabre découverte du corps de sa soeur et de son neveu, tous deux assassinés dans d’étranges circonstances. Leur maison est vendue seulement cinq jours après la tragédie. Julia enquêtera sur l’acheteur, Jebediah Crone (Dayton Callie, Alleluia! The Devil’s Carnival), un homme qui collectionne les pièces où des meurtres ont été commis dans le but de bâtir une maison hantée.

Darren Lynn Bousman (Saw II, Repo! The Genetic Opera) nous propose un long-métrage mélangeant film noir et surnaturel. Le réalisateur tombe rapidement dans les clichés avec Abattoir, en commençant par Julia et Grady, son copain (Joe Anderson, The Grey), détective, qui semblent directement sortis d’un film des années 50. Anderson, vêtu de son trench coat (évidemment!), est particulièrement médiocre et, sans le vouloir, fait davantage rire.

kinopoisk.ru

Pourtant, l’ambiance est angoissante durant la première moitié du film, en partie grâce à cette trame sonore, glauque à souhait! Dans son enquête, Julia finira par se rendre dans la petite ville de New English où les gens se comportent de manière suspicieuse. Elle y fera la rencontre d’Allie (Lin Shaye, Insidious) qui se démarque du reste de la distribution avec sa performance. Le scénario offre ici quelques revirements qui ravivent notre attention. Mais lorsque Julia fait la rencontre du vilain, tout dégringole.

En plus d’être interminable et encore plus mal joué, l’acte final propose des effets spéciaux carrément bâclés. Les motivations de Jedebiah sont sommairement expliquées, mais rendu-là, on a perdu tout intérêt! On aurait souhaité une oeuvre de meilleure qualité de la part de Bousman.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.