DoNotDisturb SG006

[Critique] Do Not Disturb: un voyage transcendant duquel on « débuzz » rapidement

Un nouveau thriller psychologique se faufilait en vidéo sur demande cette semaine: la production canadienne Do Not Disturb. Le film met en vedette la Québécoise Kimberly Laferrière, qu’on a pu vu voir entre autres dans la série à succès Fugueuse et dans l’épisode Eaux Troubles de Patrick Sénécal Présente. John Ainslie (The Sublet) réalise le long-métrage en plus de signer le scénario.

Pour leur lune de miel, Chloe (Laferrière) et Jack (Rogan Christopher, la série Bitten) se rendent à Miami afin de profiter des chauds rayons de soleil sur la plage. Plutôt que de se faire bronzer, le couple découvrira une nouvelle drogue et s’isolera dans leur chambre d’hôtel afin de profiter de leur buzz. Le couple découvrira assez vite la puissance de la substance et ses effets secondaires.
poster

Do Not Disturb accroche dès le début avec un montage dynamique et une trame sonore entraînante. Malheureusement, on décroche aussi vite lorsque le récit finit par tourner en rond et qu’il devient facile de deviner où il se dirige. Le ton n’est pas très clair non plus. Certaines situations sont tellement absurdes à cause du jeu de Rogan Christopher. Sa performance, lorsqu’il est sous influence, frôle la comédie, alors que Kimberly Laferrière procure un jeu plus sérieux. Cette incongruité contraste avec des thèmes plus lourds comme la dépendance et les relations de couples plus difficiles. La production parvient tout de même à bien présenter ces sujets, particulièrement au niveau de la relation entre les deux personnages.

À la réalisation, John Ainslie s’en tire assez bien. Le cinéaste présente par moment des plans audacieux et d’autres avec une touche aux couleurs des années 80. Il arrive aussi à nous glisser dans la peau des personnages et nous faire ressentir leur détresse. C’est vraiment au niveau du rythme que l’ensemble se gâche, alors que des longueurs s’installent déjà après seulement trente minutes. On a parfois l’impression que le scénario a été écrit sous la forme d’un court-métrage et que certaines scènes sont présentes seulement pour combler un vide.

Au final, Do Not Disturb contient des moments body horror intéressants, mais n’impressionne malheureusement pas. Même si le réalisateur réussit quelques bons coups, son scénario déçoit avec un récit prévisible, qui ne va nulle part. Kimberly Laferrière a quand même de quoi être fière puisqu’elle livre la meilleure performance du long-métrage et porte littéralement le film sur ses épaules.

Note des lecteurs0 Note
Pour les fans...
de thrillers psychologiques
de belles plages et de soleil chaud
2.5
Note Horreur Québec

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure. ?