no man of god

[Critique] No Man of God: la meilleure personnification de Bundy à ce jour

Note des lecteurs0 Note
3
Note Horreur Québec

Après Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile et le documentaire Netflix Conversations with a Killer: The Ted Bundy Tapes, tout deux réalisés par Joe Berlinger en 2019, puis la minisérie Ted Bundy: Falling for a Killer, tourné pour Amazon Prime l’an dernier, No Man of God est le second film de 2021 à aborder le célèbre tueur. Daniel Farrands (The Haunting of Sharon Tate) nous proposera aussi en effet Ted Bundy: American Boogeyman — le film est paru aux États-Unis il y a quelques semaines. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’intérêt face à ce meurtrier ne semble qu’augmenter avec les années.

Tentant l’impossible pour gagner du temps avant son exécution, le meurtrier Ted Bundy se lie de manière étrange à l’agent spécial du FBI Bill Hagmaier, un expert en profilage de criminels.

No man of God affiche film

Réalisé par la cinéaste Amber Sealey, No Man of God est avant tout une enfilade de conversations filmées entre les deux hommes, le scénario de Kit Lesser mettant l’emphase sur les dernières années de vie du psychopathe. L’ensemble pourrait très bien s’adapter en pièce de théâtre tellement il est verbeux. La peur et le malaise viennent ici des paroles échangées, puisque Bundy est déjà dans le couloir de la mort. Bien sûr, ce jeu de chat et de la souris propose plusieurs dialogues assez intenses, mais il faut bien admettre qu’on a, au final, très peu de nouvelles choses à nous apprendre sur le tueur en série, ou encore sur le métier de profileur. Il faut dire aussi que cette sempiternelle énonciation des enjeux moraux questionnant la valeur de la vie humaine est une redite, exploitée à maintes reprises dans d’autres films similaires.

Cette variation à la Silence of the Lambs, présentant un échange d’informations entre un meurtrier et un membre du FBI, n’a pas le mérite d’être aussi bien filmé que le chef-d’œuvre de Jonathan Demme. La cinéaste semble tellement vouloir éviter une énième glorification de Bundy que sa manière classique de filmer les échanges manque de piquant.

Pourtant, No Man of God est avant tout un film d’acteurs. Dans le rôle de l’agent qui ne s’en laisse pas imposer, mais qui semble comprendre de plus en plus le magnétisme sadique de Bundy, Elijah Wood est très nuancé. Proposant peut-être la meilleure interprétation de Ted Bundy au grand et au petit écran, l’acteur Luke Kirby (Halloween: Resurrection) est tout simplement époustouflant. Son interprétation de première force nous marque au fer rouge, et nous fait oublier celle de Zac Efron, pourtant fort adéquate.

NO MAN OF GOD - Official Trailer

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×