[Critique] Reality Z: la mort en direct

Note des lecteurs3 Notes
2.5
Note Horreur Québec

Ce soir à Olimpo – une téléréalité qui cartonne au Brésil – un ou une concurrente sera éliminé(e). Les participants et l’équipe de tournage sont fébriles, le direct est sur le point de commencer. Mais, des actes de violence éclatent au même moment dans les rues de Rio de Janeiro, mettant en péril le nombre d’auditeurs souhaité par la production. Peu importe, «the show must go on», la diffusion est lancée et Zeus livre son verdict: c’est Jessica qui sera éliminée ce soir. Si cette dernière est bien malheureuse de la nouvelle, le public a le cœur à la fête, mais les festivités sont brutalement interrompues par l’arrivée d’une horde de zombies qui crèvent la dalle. Les infectés déciment rapidement le public sur les lieux, ainsi que l’équipe de tournage, à l’insu des concurrents qui sont isolés du monde extérieur.

Reality Z affiche sérieReality Z (Réalité Z en version française) est une adaptation brésilienne de Dead Set, une série télévisée britannique qui a bien fonctionné en 2008 et qui a été conçue par Charlie Brooker, qu’on connaît également pour Black Mirror. Au lieu de cinq épisodes, cette variation sur le même thème propose dix épisodes d’environ 30 minutes chacun. C’est ici que s’arrête la comparaison avec la série d’origine, également disponible sur Netflix, car l’auteur de ces lignes n’a pas eu la chance de voir Dead Set.

Reality Z est une production inégale: le scénario est bancal, les rebondissements sont souvent tirés par les cheveux et le tout est mâtiné d’un humour douteux et scatophile. Le gore est par contre au rendez-vous et les zombies de Reality Z n’ont pas à rougir face à ceux de The Walking Dead (même si, puisqu’ils sont morts, l’afflux de sang nécessaire pour rougir est techniquement impossible).

Sinon, malgré le déficit de crédibilité qui accable le scénario, certains personnages sont attachants, ce qui nous pousse à regarder la série jusqu’à la fin. Il y a même certains personnages qu’on déteste au départ qui deviennent sympathiques par la suite, ce qui est une belle manière de surprendre le public au détour d’une scène et de défier nos attentes. D’ailleurs, malgré les faiblesses énumérées précédemment, la série ose un choix narratif très audacieux à mi-chemin, au risque de frustrer certains spectateurs. Un pari plutôt courageux qu’il faut saluer, puisqu’il finit par fonctionner et permet d’enrichir le sous-texte politique de la série. Bon, ça demeure pas très subtil, mais cette critique sociale a le mérite d’être assumée jusqu’à la conclusion et de bien s’adapter à la réalité politique du Brésil.

Ainsi, si vous êtes tannés des zombies, passez votre chemin. Pour les autres, vous allez peut-être y trouver votre compte, surtout que techniquement, Reality Z est une série plutôt réussie.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.