the toll

[Critique] The Toll: perdu dans les détours

Note des lecteurs0 Note
2.5
Note Horreur Québec

Pour la plupart des hommes, le geste de commander un Uber est plutôt banal. Pour bien des femmes, l’idée d’un inconnu qui vous raccompagne à la maison génère peut-être plus de questions. Avec qui vous retrouverez-vous, seule pendant tout votre trajet? Est-ce que la personne vous rendra inconfortable? Tentera-t-elle quelque chose?

La nouveau film d’horreur surnaturel The Toll exploite la question de belle façon alors que Cami (Jordan Hayes, Helix) doit commander un conducteur tard la nuit après que son vol ait été retardé. Après un long voyage, la femme doit se rendre chez son père, qui habite un coin reculé dans la forêt. En chemin, la conversation avec son chauffeur Spencer (Max Topplin, Carrie 2013) devient rapidement inconfortable et Cami se sent plus nerveuse. Lorsque ce dernier emprunte une route différente, les ennuis ne feront que commencer.

The Toll affiche filmLa première moitié de The Toll nous place dans le siège de Cami lors d’une longue balade en voiture qui devient en quelque sorte le huis clos du récit. Le cinéaste et scénariste Michael Nader (Head Count) signe ici la réalisation de son premier long-métrage et utilise son maigre budget à bon escient pour créer une ambiance lourde. Spencer est définitivement louche et son hobby de chasse à l’arc — qu’il garde précieusement dans le coffre arrière — n’aide en rien. Les cartes se brouillent lorsque la voiture tombe en panne sur le petit chemin en forêt et c’est lorsque les événements surnaturels surviennent que le film prend, lui aussi, une débarque.

Avec son histoire du mystérieux Toll Man qui leur demande maintenant un droit de passage, Nader tente de bâtir une nouvelle légende urbaine terrifiante, mais s’embourbe dans une mythologie excessivement confuse et qui, au final, ne fait absolument aucun sens. Les spectres cagoulés complètement inutiles à l’intrigue s’empilent pour l’unique attrait du creepiness (les masques de docteurs de la peste en sont probablement le meilleur exemple) et pendant ce temps, notre Toll Man en question hérite d’une seule et unique scène — plutôt faible d’ailleurs — au scénario. Désolé pour ceux qui avaient hâte de le rencontrer.

Même si Nader parvient à nous offrir deux ou trois bonnes scènes pour sursauter et même si les thèmes de départ s’avéraient prometteurs et plutôt actuels dans le cinéma de genre par les temps qui courent, The Toll emprunte au final beaucoup trop de détours et ne retrouve jamais son chemin.

The Toll Official Trailer (2021)

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×