Stare

[Fantasia 2019] Stare: fixer l’abîme

Note des lecteurs1 Note
3.5
Note Horreur Québec

Avant le début de Fantasia, on nous a promis que Sadako et Stare injecteraient un peu de sang neuf au cinéma de fantômes japonais. Si le plantage de Sadako a fait couler beaucoup d’encre, il en va autrement de Stare. Ce second long-métrage du cinéaste Otsuichi se situe beaucoup plus près de l’esprit du J-Horror d’il y a 20 ans et devrait parvenir à trouver son public.

Une série de cadavres aux yeux explosés sont découverts dans un très court intervalle. Tous ces morts ont en commun d’avoir appris le nom d’un mystérieux spectre vengeur lors d’une soirée passée à se raconter des légendes effrayantes. Lorsqu’ils vont à la rencontre de la dernière survivante du groupe, deux proches des victimes entendent le nom qu’il ne faut pas connaître…

Un cadre constamment bordé d’ombres. Des plans statiques qui s’étirent, invitant à scruter tout ce qui se trouve hors focus. Un usage presque inexistant de la musique, qui laisse place au silence. Seulement le silence, glacial et mortuaire. Les amateurs du cinéma d’horreur asiatique populaire au tournant du millénaire se régaleront de l’ambiance de Stare, qui s’il ne réinvente pas la formule parvient à l’appliquer avec conviction.

Invoqué à la manière de Candyman et Bloody Mary, notre fantôme au nom maudit tente de piéger ses victimes. Le seul recours de ces dernières est… de ne jamais cesser de fixer le spectre! Une mise en scène habile d’Otsuichi permet de renouveller les nombreuses apparitions de l’esprit.

Stare revient vers les thèmes de passation du mal qui se trouvaient au coeur de Ringu et de plusieurs de ses successeurs. Peut-on faire vivre une histoire, lui donner suffisamment de rayonnement et d’importance pour qu’elle gagne une influence sur le réel? Ce questionnement est autant d’actualité qu’on a vu des récits fictifs comme ceux de Momo ou du Slender Man prendre des tournures violentes. Le rôle du journaliste dans la transmission de ce type d’informations est aussi abordé par le film.

Une amourette entre 2 protagonistes rythme également l’intrigue, dont le plus grand défaut est peut-être de ne pas savoir se restreindre. Stare s’étale sur presque deux heures et aurait peut-être gagné à être resserré. Est-ce possible de faire un nouveau montage sans nuire à l’effet de l’ensemble? Bonne question.

[maxbutton name= »btnFantasia »]

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×