S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Quand j’ai appris qu’une adaptation cinématographique de Doctor Sleep de Stephen King était prévue pour janvier 2020, ma première réaction a été une incrédulité horrifiée. Du genre que les gens ont dû ressentir en voyant le nom du King associé au film The Lawnmower Man à l’époque. Comprenez-moi bien: je suis un fan fini de Stephen King. En fait, sans vouloir me vanter, je suis probablement l’un des plus grands spécialistes québécois de l’œuvre du romancier du Maine. J’ai fait ma thèse de doctorat sur The Dark Tower et signé de nombreux articles dans des revues universitaires spécialisées en littérature sur les romans et nouvelles de mon auteur fétiche. J’ai presque tous ses romans dans ma bibliothèque, tant en français qu’en anglais.

Vous voyez ce qu’il manque dans le résumé de ma passion? C’est exact: je n’ai pas parlé des adaptations cinématographiques de ses œuvres! Pourquoi? Parce que je suis davantage un lecteur qu’un cinéphile. Et c’est de mon point de vue de lecteur que je m’oppose avec l’énergie du désespoir à une telle adaptation cinématographique. Pas parce que j’ai peur que l’adaptation soit ratée, même si j’avoue candidement ne pas avoir vu les œuvres du réalisateur choisi (Mike Flanagan) ni celles des scénaristes attitrés au projet (Flanagan et Akiva Goldsman). De toute manière, soyons honnêtes, il y a eu de nombreuses adaptations ratées ou ordinaires et personne n’en est mort. Et celles qui marquent les esprits sont celles qui réussissent au-delà de nos attentes. Je pense entre autres à The Green Mile, The Shawshank Redemption, Stand by Me ou encore… The Shining!

Et d’un point de vue purement littéraire, King lui-même a produit des œuvres médiocres au fil des années. Je pense entre autres à Roadwork, signé sous le pseudonyme de Richard Bachman, à Lisy’s Story ou à… Doctor Sleep! Eh oui, je considère la suite de The Shining non seulement inutile, mais l’un des moins bons romans de Stephen King.

Pour moi, si le matériel de base est mauvais, il devient d’autant plus difficile d’en tirer un film qui tiendra la route. Oui, je sais, je sais, Jaws me donne tort d’une manière épique. Mais revenons au roman en question. À l’époque, Stephen King a publié un sondage sur son site web, où il demandait à ses Constant Readers (les lecteurs avides qui fréquentent son site) de voter pour le prochain roman qu’il écrirait. Quelle chance! D’autant plus que l’un des deux choix était un nouveau roman de l’univers de The Dark Tower! Comme j’écrivais ma thèse à ce moment-là, l’occasion était trop belle! Sauf que… Sauf que des milliers de fans du King semblaient plutôt vouloir la suite des aventures de Danny après sa victoire sur l’Overlook et son propre père. Pour la petite histoire, King a fini par publier les deux romans de toute manière.

Étant moi-même un Constant Reader, j’ai donc acheté Doctor Sleep à sa sortie, par curiosité et pour voir comment King pouvait réactualiser l’un des personnages les plus iconiques de la littérature d’horreur. Pour faire une histoire courte: il en était incapable. Pas par manque de talent, cette idée est ridicule à un point que vous ne pouvez même pas l’imaginer! Mais plutôt parce qu’il n’y avait plus rien à raconter de pertinent. C’était un peu comme s’il avait voulu écrire une suite à Pet Sematary (on oublie le deuxième opus cinématographique, et ça vaut mieux pour tout le monde!) ou à Cujo, voire à Carrie. (Oui, je sais, là aussi, il faut faire semblant de rien!) Tout avait été dit, l’histoire était close et Danny aurait pu couler des jours heureux avec sa mère, laissant son shining s’étioler tranquillement.

Pour résumer les problèmes du roman sans dévoiler de punchs, disons que les méchants sont ridicules (le chapeau, merde, le putain de chapeau!  Aaaaaaargh!) et la protégée de Danny est tellement puissante qu’en aucun cas on a l’impression qu’elle est réellement en danger. Oh, et Danny lui-même a, pour une raison complètement ridicule, sombré lui aussi dans l’alcoolisme, comme son paternel. Bref, c’était un ratage sur toute la ligne. Et on veut en faire un film? Mais pourquoi?

Pour ceux qui me trouvent de mauvaise fois ou qui jugent que je n’apporte rien de constructif, donnez-moi une chance! Pour compenser, voici quelques projets qui seraient non seulement pertinents dans l’univers de King, mais qui pourraient également combler les cinéphiles, pourvu qu’ils soient mis dans des mains compétentes. On commence en force avec le plus grand mystère après celui de la Caramilk: POURQUOI KING N’A PAS ÉCRIT DE SUITE À FIRESTARTER????? Sérieusement! Vous voulez une suite nécessaire et voulue? Ne cherchez pas plus loin. Vraiment.

Côté cinéma, des romans comme The Talisman (avec Black House tout de suite après!) ou Eyes of the Dragon mériteraient qu’on s’y attarde. Ou, pourquoi pas un bon remake de Needful Things? Hein? Hein? HEIN? Sinon, je veux et j’exige une suite à l’univers cinématographique amorcé dans The Dark Tower, que ce soit au cinéma ou à la télé. Là aussi, il y a du matériel en masse. Sinon, N et Little Green God of Agony pourraient satisfaire les fans d’Horreur Québec en plus de combler le fan de King que je suis. Comme on le voit, c’est pas les projets qui manquent. Donc, pour moi, une version cinématographique de Doctor Sleep est une erreur.

Vous en pensez quoi?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.