[⏪ On rembobine] Le locataire: journal d’un angoissé

Note des lecteurs2 Notes
4.5
Note Horreur Québec

Le timide Trelkovsky emménage dans un vieil appartement de Paris où une femme s’est récemment suicidée. Suite à quelques rencontres en menant sa propre enquête, l’homme sans histoire commencera à s’identifier à la locataire précédente et soupçonnera peu à peu ses voisins de vouloir lui réserver le même sort. Troisième film de sa trilogie – non-officielle – des appartements, précédé par Repulsion (1965) et Rosemary’s Baby (1968), c’est le 24 mai 1976 que Le locataire (ou The Tenant) de Roman Polanski fut présenté en grande première au Festival de Cannes. Un accueil plutôt tiède, pour ne pas dire froid, pour le réalisateur qui venait de frapper fort deux ans auparavant avec Chinatown.

The Tenant affiche film locataireAdapté du livre Le locataire chimérique de Roland Topor paru en 1964, Polanski fit équipe avec son scénariste chouchou Gérard Brach (Frantic, Bitter Moon) pour écrire son histoire. Cette fois-ci, Catherine Deneuve et Mia Farrow sont troquées pour un protagoniste masculin (joué par Polanski lui-même) où angoisse, paranoïa et agoraphobie domineront le personnage de Trelkovsky ainsi que les spectateurs les plus robustes.

Tout comme les deux films précédents de cette dite trilogie, Polanski offre une des réalisations les plus suffocantes et inquiétantes de son répertoire. Peu de lieux, huis clos, mouvements brusques de caméra épaule, gros plans où les visages sont prédominants, etc. La photographie est d’autant plus à souligner puisqu’il s’agit du magnifique travail de Sven Nykvist, surtout connu comme étant le directeur photo officiel d’Ingmar Bergman avec qui il a travaillé sur Persona, L’heure du loup et Fanny et Alexandre, pour ne nommer que ceux-là. La bande sonore glaciale de Philippe Sarde (Ghost Story, Ponette) vient ajouter la touche finale à cette ambiance paniquante.

The Tenant image film locataire

En se donnant le premier rôle (mais sans jamais se donner le crédit au générique), Roman Polanski – d’un naturel fou – impressionne dans le rôle-titre. Il s’entoure ici d’une distribution plutôt éclectique où nous retrouvons Isabelle Adjani (Possession), Melvyn Douglas (The Changeling), Shelley Winters (The Night of the Hunter), Josiane Balasko (Les bronzés) et plusieurs autres, tous excellents.

Même si Le locataire est considéré comme un flop, il est indéniable qu’il a su se forger un public au fil du temps alors que plusieurs cinéphiles l’inscrivent maintenant à leur liste de films cultes. Même les réalisateurs Ethan et Joel Coen (No Country for Old Man) le jugent comme étant l’un des meilleurs de Polanski, alors que l’acteur Bruce Campbell (Ash vs Evil Dead) le considère carrément comme son film d’horreur préféré. Un film marquant et dérangeant – à regarder dans une totale obscurité – dont le dernier plan ne vous laissera pas indifférent.

LE LOCATAIRE (THE TENANT) est maintenant disponible en format Blu-ray depuis le 28 juillet 2020.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.