S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
[⏪ On rembobine] «Leprechaun: Back 2 tha Hood»: deviens riche ou meurs en essayant
NOTE DE RECOMMANDATION IRONIQUE8
4.5Note Horreur Québec
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Attention: La série des Leprechaun ne contient aucun réel bon film. Cela dit, elle n’est pas à rejeter pour autant. Certains projets s’apprécient tout simplement sur une autre échelle de valeur plus ironique. Aussi, cette chronique affichera deux notes. Une sera plus objective et l’autre mettra de l’avant l’intérêt risible du film comme argument.

Après avoir été banni du monde des vivants par un prêtre, le farfadet est réveillé une nouvelle fois quand quatre jeunes du ghetto trouvent son or. Ignorant tout du fléau qu’ils ont relâché, ils devront faire face à la colère de ce dernier qui, après plusieurs années en enfer, revient hanter les humains.

Sixième volet de la saga, deuxième de suite se déroulant dans le ghetto, et pourtant, toujours aucun signe de continuité entre ce Leprechaun 6 et les autres opus. Encore une fois, le film réécrit les origines et les pouvoirs de son monstre. Cette fois, les leprechauns sont issus d’une race de démons anciens dont le personnage titre de la saga est le seul et unique représentant encore sur Terre. De plus, pour ce volet, fini les pouvoirs d’illusion. Outre son immortalité, le lutin n’a rien pour lui et se bat à mains nues. Fin également des petites rimes avec lesquelles il s’exprimait, ainsi que des éclats de rire qui ponctuaient ses phrases. Visiblement, on tente ici de rendre le personnage un brin plus menaçant. Même le changement de costume troquant le petit veston vert pour un manteau victorien à la Jack the Ripper.

Étrange, car ce volet est probablement celui où notre lutin s’en prend le plus dans le visage. Jamais durant le film il ne semble réellement avoir le dessus sur qui que ce soit. S’il réussit ses meurtres, c’est uniquement dû à son immortalité, car tout le monde lui inflige au moins une blessure mortelle avant qu’il ne puisse faire le moindre mouvement. De plus, on a droit à plusieurs moments de comédie avec le farfadet, comme lorsqu’il fume de l’herbe avec des jeunes en début de film; des scènes qui ont tendance à encore plus minimiser sa menace. Une scène dans une cuisine où le farfadet cherche à manger, par exemple, semble également sortir d’un dessin animé Looney Tunes.

Cela dit, tous ces éléments ne viennent pas nécessairement nuire à l’appréciation de ce dernier opus avec Warwick Davis. De manière plutôt improbable, ce volet est sans doute le meilleur de la saga depuis le troisième et dépasse largement la majorité de ses prédécesseurs en terme de qualité. Au moins, dans Leprechaun: Back 2 tha Hood, les personnages principaux sont attachants et le ton est constant. Mine de rien, après le Leprechaun 5, cela fait du bien. On retrouve dans l’ensemble le côté assumé dans le second-degré et l’ambiance bon enfant qui font le charme de la série. Bien entendu, on aurait préféré des meurtres plus créatifs dans leur mise en scène, mais au moins le film ne se complaît pas dans une abondance de gore et de nudité gratuite et on peut apprécier sa volonté à vouloir créer quelque chose d’un brin différent arrivé au sixième film.

Pour ce qui est de la joie ironique de découvrir le métrage, elle est ici moins grande que dans d’autres films. En effet, il n’y a pas de gros ratés, si ce n’est un montage à base de transitions style fondus en étoile et quelques moments beaucoup trop sérieux pour le ton léger du film. De fait, on se rappellera essentiellement de cet ultime volet de la saga originale pour ses gags majoritairement réussis, son auto-dérision, son montage absurdement raté (responsable de quelques rires involontaires) et, bien sûr, pour son acteur principal qui joue ici, une dernière fois, le monstre emblématique.

Bref, une finale sur une bonne note pour le sixième volet d’une saga improbablement longue. Cependant, plus haut se trouve-t-on et plus douloureuse est la chute. À demain pour le reboot de la WWE.

2 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.