[Critique] Lizzie: queer et féministe

Note des lecteurs3 Notes2.6
3

Tout le monde (ou presque) a déjà entendu parler de Lizzie Borden, cette femme au coeur d’une affaire de double meurtre en 1892. En exclusivité sur Shudder depuis le 11 avril, le thriller psychologique Lizzie s’intéresse à son histoire mais aussi à sa relation avec la bonne, Bridget Sullivan.

Lizzie, interprétée par l’excellente Chloë Sevigny (Boys Don’t Cry), est une femme affranchie, féministe et probablement lesbienne, qui tente de mener sa vie comme elle l’entend dans un monde qui n’est pas fait pour elle. Lizzie est confrontée à la toxicité évidente de son père (Jamey Sheridan, Spotlight) et au désespoir de son oncle (Denis O’Hare, American Horror Story) qui veut mettre la main sur l’héritage familial. Quand elle cherche à fuir, c’est auprès de ses oiseaux et de ses livres qu’elle trouve un certain réconfort… jusqu’à l’arrivée de Bridget Sullivan qui est jouée par Kristen Stewart (Personal Shopper).

LizzieBridget et Lizzie se lient d’abord d’amitié puis leur relation se transforme graduellement en une histoire d’amour. Le tout se fait avec une sensualité naturelle qui est rarement aussi bien portée à l’écran. On a l’impression de vivre avec elles ces moments de pure complicité qui font sourire alors que leur amour naît sous nos yeux. Impossible de ne pas apprécier les scènes d’une grande intimité entre les deux femmes. Des performances exceptionnelles complimentées par des plans rapprochés qui accentuent leurs émotions. Un casting parfait, rien de moins!

Même si Bryce Kass se permet certaines libertés dans le scénario, il y a un sentiment d’authenticité tout au long du film qui contribue au plaisir du visionnement. Au-delà de la situation familiale particulière de Lizzie, on peut alors s’imaginer ce que vivaient les femmes homosexuelles à l’époque. Lizzie est sans conteste un film queer et féministe.

Malheureusement, le rythme est extrêmement lent et ne sert pas toujours la tension que l’on tente d’installer. Il y a donc des longueurs, même si le film dure moins de deux heures, et quelques scènes n’apportent pas grand chose. Un peu de patience saura toutefois être récompensé par une finale forte. Une finale que Chloë Sevigny, aussi co-productrice du film, a adoré… même si le résultat final du film l’a un peu déçue après avoir attendu environ dix ans pour voir son projet se concrétiser, comme elle l’a elle-même mentionné dans une entrevue avec le Huffington Post.

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.