[Critique] Snatchers: progéniture meurtrière

Note des lecteurs0 Note
3.5
Note Horreur Québec
  • As-tu un condom?
  • Non.
  • Tu me promets de te retirer avant la fin?

Peu importe la réponse à cette question, c’est rarement une technique de contraception très efficace. Il faut dire que c’est la première fois que Sara (Mary Nepi) fait l’amour et il semble que cette décision a été prise en partie pour ne pas contrarier son petit copain Skyler (Austin Fryberger), qui a les hormones dans le tapis depuis le retour des vacances. Dès le lendemain de cette relation non protégée, Sara a des nausées et des sautes d’humeur. Puis, le jour suivant, elle se réveille gonflée comme si cela faisait déjà neuf mois qu’elle était en gestation. Clairement, quelque chose ne tourne pas rond. Elle se rend donc avec Hayley (Gabrielle Elyse) — son ancienne meilleure amie — dans une Free Clinic et se fait invectiver dès son arrivée par un militant anti-avortement. Une fois à l’intérieur, l’accouchement est soudain et brutal. Pire, sa progéniture n’est pas humaine, mais d’origine extraterrestre. Est-ce que cela serait en lien avec le récent voyage de Skyler au Mexique?

Nous étions passés à côté Snatchers, une comédie d’horreur pour ados disponible en VSD/DVD/Blu-ray depuis le début de l’année. Puisqu’en ces temps de confinement, une suggestion horrifique est toujours la bienvenue, nous avons décidé de nous rattraper pour vous en parler, surtout que le résultat est pas mal divertissant. L’humour est bon enfant, ce qui n’empêche pas le film de présenter plusieurs scènes bien gores, mais sur un ton cartoonesque. La direction des acteurs va dans le même sens, alignant les jeux de regards et les répliques absurdes à une vitesse effrénée.

Le film est d’ailleurs extrêmement rythmé et n’en rate pas une pour pousser son concept au maximum. Un alien qui cherche de nouvelles victimes pour se reproduire et qui se branche sur la colonne vertébrale pour arriver à ses fins. Ça vous fait penser à quelque chose? La réponse facile serait la franchise Body Snatchers, puisque le titre y fait manifestement référence, mais les plus perspicaces d’entre vous penseront plutôt à de The Puppet Masters, un film des années 1990 adapté d’un roman de Robert A. Heinlein (eh oui, l’auteur de Starship Troopers). Dans ce film, mettant en vedette Donald Sutherland et Keith David, les extraterrestres parasitaient eux aussi le corps des êtres humains en se connectant directement au système nerveux.

Donc, des références, il n’en manque pas dans le film de Stephen Cedars et Benji Kleiman. Snatchers, c’est d’ailleurs le titre d’un court métrage et d’une série télé que les deux comparses ont également réalisés (c’est ce qu’on appelle exploiter jusqu’au bout un filon) et dans lesquels Gabrielle Elyse et Mary Nepi étaient également en vedette. On comprend mieux après ça pourquoi le film est aussi maîtrisé, ses artisans ayant eu droit à plusieurs répétitions.

Dernière qualité de Snatchers, c’est que malgré les sujets abordés, à aucun moment on se prend la tête. Les réalisateurs ne cherchent pas à faire la morale aux spectateurs, préférant s’amuser habilement avec les stéréotypes du genre horrifique et des films pour ados. En résumé, Snatchers est le film idéal si vous cherchez à vous divertir et voulez décrocher de la déprimante réalité.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.