S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
[Critique] Velvet Buzzsaw: «Tout art est dangereux»
4.0Note Horreur Québec
Note des lecteurs: (6 Votes)

Un vieil homme solitaire décède et laisse derrière lui une série d’oeuvres hypnotisantes qui vont s’attaquer à des appréciateurs d’art.

Une oeuvre d’art peut-elle réellement être dangereuse? «Tout art est dangereux», affirme dans le film Rhodora Haze (Rene Russo, Nightcrawler, Outbreak), une ancienne punk qui a choisi de rentrer dans le moule en ouvrant sa propre galerie d’art.

Velvet Buzzsaw flirte avec l’horreur et la satire en exposant le monde à la fois profond et superficiel du milieu des arts à travers des personnages plus grands que nature.

Velvet Buzzsaw afficheJake Gyllenhaal (Nightcrawler, Donnie Darko) est toujours aussi fascinant alors qu’il joue cette fois le critique d’art Morf Vandewalt, qui a le pouvoir immense de propulser un artiste au sommet de sa gloire ou de détruire sa carrière en reléguant ses oeuvres aux oubliettes. Et quel plaisir de revoir la sublime Toni Collette (Hereditary, The Sixth Sense) dans le rôle de Gretchen, conseillère d’un grand collectionneur qui finit par trop en vouloir. L’impressionnante distribution est complétée par John Malkovich (Being John Malkovich, Bird Box), Natalia Dyer (Stranger Things) et Zawe Ashton (Nocturnal Animals).

Magnifiquement filmé par le cinéaste Robert Elswit (Nightcrawler, Magnolia, There Will Be Blood), ce sont les images quasi parfaites soutenues par les acteurs remarquables qui laissent un effet indélébile à la fin du film.

Le scénariste Dan Gilroy (Nightcrawler) offre sa vision sur l’art, sans compromis. Une vision parfois confuse lorsque portée à l’écran, mais souvent juste dans les moindres détails. Les seules failles du film se situent dans le scénario, mais on pardonne les raccourcis faciles qui servent peut-être à joindre un plus large public avec un film qui se penche sur un milieu plutôt hermétique.

Il faut préciser que Dan Gilroy avait écrit l’une des versions de Superman Lives, un film qui devait être réalisé par Tim Burton et avec Nicolas Cage en Superman, mais qui a été abandonné pour des raisons financières. Velvet Buzzsaw se veut donc au final un intéressant pied de nez à une industrie qui cherche à mettre un prix sur absolument tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.