the reckoning

[Fantasia 2020] The Reckoning: la peste qui fait dormir

Note des lecteurs5 Notes
2.5
Note Horreur Québec

The Reckoning a ouvert le festival Fantasia avec un récit de sorcellerie et de vengeance et ce, dans une atmosphère de scandale, alors que des accusations d’exhortions éclaboussaient l’actrice et co-scénariste Charlotte Kirk— des accusations sérieuses, mais beaucoup moins que celles de son personnage, Grace, une veuve jetée en prison pour sorcellerie à l’époque où la peste noire s’empare de l’Angleterre.

svg%3EDans ce dernier film de Neil Marshall, la pauvre femme tentée par le Diable subit donc torture après torture sous les foudres du chasseur zélé Moorcroft (Sean Pertwee, Dog Soldiers), certainement basé sur le Witchfinder General Matthew Hopkins, dans ce qui devient rapidement un test de volonté entre la victime qui refuse de confesser et son tourmenteur déterminé à la pousser à bout. Et il faut dire que cette «compétition» perd vite tout intérêt pour le spectateur, malgré la cruauté des supplices et la présence de l’alter-ego de Moorcroft, de loin le personnage le plus intéressant du film.

Marshall nous a prouvé à plusieurs reprises son désir de mettre de l’avant des femmes fortes (The Descent, Centurion, Dog Soldiers) mais, malgré les efforts de l’actrice et la mise en scène mélodramatique, Grace manque la cible. Pourquoi? Dur à dire. Évidemment, on ne peut que sympathiser avec le cauchemar vivant du personnage, mais on ne se sent jamais réellement investi. Est-ce à cause de la musique tonitruante qui nous prend par la main comme si nous étions des enfants? De la formule répétitive qui n’en finit plus? De la volonté trop inébranlable de cette femme dont les attaques répétées ne semblent affecter ni la forme ni la santé?

Marshall a réalisé deux épisodes de Game of Thrones («Blackwater» et «The Watchers on the Wall»), une série à laquelle on ne peut s’empêcher de penser lors de notre visionnement. Exagérément dramatique (la scène d’ouverture donne le ton), visuellement et auditivement omniprésent, peuplé de personnages sales aux intentions louches, The Reckoning ressemble à un épisode de la méga série qui a captivé le monde pendant près de dix ans. Malheureusement, ses clichés et son manque de souffle le placeraient plutôt dans la sixième saison… de loin la plus faible.

Il faut dire que, si nous regrettons tous que les circonstances nous obligent à vivre notre festival préféré de manière virtuelle, The Reckoning est un film pour lequel nous sommes heureux de ne pas avoir eu à nous déplacer.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×