RE8

[Jeux vidéo] «Resident Evil: VIllage»: loups-garous, vampires et gros plaisir

Note des lecteurs1 Note
4.5
Note Horreur Québec

Pour les fans de jeux vidéo et d’horreur, la franchise Resident Evil est un incontournable. Il y a eu des hauts et quelques bas (on a encore RE6 sur le coeur), mais n’en demeure pas moins que la plupart des chapitres sont des gages de qualité. La venue d’un nouvel opus est toujours aussi exaltant et Resident Evil: VIllage ne déçoit vraiment pas.

L’histoire se déroule trois ans après les événements de l’excellent Resident Evil: Biohazard. On se retrouve encore une fois dans la peau d’Ethan Winters, qui tente par tous les moyens de retrouver sa fille Rose enlevée dans des circonstances nébuleuses.

Resident Evil VillageLe résumé paraît sommaire, mais votre auteur souhaite vous en dévoiler le moins possible pour garder les nombreux rebondissements et surprises. C’est l’une des forces du huitième chapitre: raconter une histoire divertissante qui ne s’essouffle jamais. Contrairement aux opus précédents, les ennemis en présence ne sont plus limités qu’aux simples morts-vivants et autres créatures dégoulinantes. Les studios Capcom ont ajouté des loups-garous et des vampires dans un scénario où leur intégration se passe tout naturellement, comme s’ils avaient toujours étaient présents dans l’univers de RE. Cette nouveauté fait du bien, même si côté originalité, on repassera. Par ailleurs, malgré le fait que le nouveau titre est beaucoup plus axé sur l’action que sur l’ambiance, on retire une immense satisfaction à tirer dans le tas!

Le scénario nous offre une panoplie de personnages charismatiques dans un monde divisé en quatre univers: château vampirique, maison hantée, marais visqueux et usine désaffectée. Ces personnages sont parfois drôles, parfois terrifiants, mais on aurait voulu qu’ils soient plus présents. On pense à la grande et magnifique Lady Dimistrescu ou encore à Donna Beneviento, avec sa poupée Angie qui donne froid dans le dos. Par ailleurs, le passage dans la maison des Beneviento est vraiment réussi et vous donnera des palpitations tellement l’ambiance est y angoissante. On se doit aussi de mentionner la magnifique introduction du jeu en animation, qui rappelle le Coraline de Henry Selick. Sous la forme de conte, l’histoire racontée par Mia est lugubre à souhait et magnifiquement exécutée.

Les fans de la franchise remarqueront l’influence de Resident Evil 4 qui se fait bien sentir tout le long de l’aventure avec son village qui semble tout droit sorti de l’Europe de l’Est et la présence d’un certain marchant, The Duke. Par ailleurs, ce dernier livre quelques bonnes répliques qui vous feront assurément rire. On se surprend à s’attacher à ce sympathique personnage.

La jouabilité n’offre pas de réelle surprise, mais demeure solide en étant pratiquement identique à celle du chapitre précédent. Pourquoi changer une formule gagnante? Fidèle aux habitudes, le jeu dure environ une dizaine d’heures. Étonnamment, la difficulté à «normal» n’est pas très élevée. Si vous voulez un défi, il serait préférable de hausser le niveau d’un cran. Les casse-têtes ne vous causeront pas non plus de frustrations. Avec un peu de patience et de jugeote, vous trouverez assez facilement les solutions.

Capcom a réussi à offrir aux joueurs une conclusion satisfaisante et on a extrêmement hâte de découvrir quel angle sera emprunté pour la suite des choses. Resident Evil: VIllage est un achat assuré pour les fans de la série. En espérant que vous aurez autant de plaisir à y jouer!

Resident Evil: VIllage est disponible sur PlayStation 4 et 5, Xbox One et Series ainsi que sur PC.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×