[Critique] «Chilling Adventures of Sabrina: Part 3»: au diable le sens

Note des lecteurs2 Notes
3
Note Horreur Québec

On reprend Chilling Adventures of Sabrina à peu près là où s’est terminée la deuxième partie. Sabrina Spellman, adolescente mi-sorcière mi-humaine, est obsédée par l’idée que son petit ami Nicholas souffre en enfer et elle est prête à tout pour le sortir de là. Parallèlement, les membres de l’Église de la Nuit ne savent plus à qui prier et perdent graduellement tous leurs pouvoirs. C’est quand les satanistes en quête d’identité sont au plus bas qu’ils font face à une nouvelle menace: des païens qui vénèrent d’anciens dieux et la nature.

L’histoire de cette troisième partie fait déjà sourciller, mais ce n’est que le début d’une longue série d’événements qui ne font aucun sens. Comme les membres de l’Église de la Nuit se sont débarrassés du patriarcat, les scénaristes ne semblent plus avoir trouvé bon de miser sur un discours féministe. Quand la série aborde des thèmes comme la virilité et la xénophobie, elle semble avoir perdu sa raison d’être. C’est d’autant plus clair lorsqu’un personnage féminin se transforme en araignée géante et dit à son amoureux qu’elle se sent bestiale et que tous ses oeufs à l’intérieur d’elle n’attendent que d’être fécondés.

Chilling Adventures of Sabrina saison 3Sans pouvoir et désespérées, les sorcières de Greendale sont dépourvues de tout intérêt. Heureusement, les personnages de Father Faustus Blackwood (Richard Coyle; The Fall) et Lilith (Michelle Gomez; Doctor Who) volent la vedette du début à la fin. Les performances de ces deux acteurs sont savoureuses et on ne pourrait plus imaginer la série sans eux. Les plus jeunes acteurs ont pris un peu de maturité et jouent tous de façon plus naturelle.

Chilling Adventures of Sabrina: Part 3 augmente la cadence en comparaison avec la deuxième saison et ça aurait pu être une bonne chose, mais ce n’est pas tout à fait le cas. On passe rapidement d’une scène à une autre, d’un événement invraisemblable au suivant, si bien que l’on ne peut jamais apprécier pleinement les quelques éléments bien réussis de cette troisième partie, moins bonne que la première mais plus divertissante que la précédente.

Aussi, force est de constater que Chilling Adventures se rapproche de plus en plus de Riverdale. Sabrina est maintenant cheerleader au sein des Ravenettes qui font des numéros chantant et dansant, tout comme les Vixens de la série également créée par Roberto Aguirre-Sacasa. Ses amis Harvey, Rosalind et Theo forment quant à eux un groupe de musique et on s’attend déjà à une compétition à la Bring It On ou un Battle of the Bands entre les personnages des deux univers. Alors que Riverdale nous a récemment plongé dans des quêtes de D&D, une secte et une société secrète, Sabrina prend le chemin de la mythologie avec des clins d’oeil à The Wizard of Oz, Clash of the Titans et Back to the Future. Bref, à l’instar de sa série soeur jumelle, Sabrina est devenue un ramassis de n’importe quoi amplifié par une finale remplie d’incohérences.

Pour le meilleur mais surtout pour le pire, Chilling Adventures of Sabrina n’est maintenant plus que l’ombre de Riverdale. Que Satan vous pardonne.