twin 2764x4096

[Critique] The Twin: en apparence identique, mais somme toute bien différent

Taneli Mustonen, le cinéaste finlandais nous ayant offert le macabre Lake Bodom en 2016, renoue avec l’épouvante avec son dernier long métrage The Twin, disponible le 6 mai prochain chez Shudder et en vidéo sur demande. Ce dernier met en vedette, entre autres, Teresa Palmer, tête d’affiche dans Warm Bodies et Lights Out. Après avoir exploré la terreur à son état pur, le réalisateur nous laisse cette fois-ci couler tranquillement dans les eaux troubles d’une âme en deuil.

Un couple déménage en Finlande à la suite d’un tragique accident lors duquel un de leurs jumeaux perd la vie. Dévastée, la mère Rachel, tente malgré tout de retrouver une certaine quiétude dans sa nouvelle maison. Toutefois, le drame revient au galop lorsque le frère du défunt dit être entré en contact avec lui. 
The Twin affiche film

Nous sommes introduits dès les premières images à une atmosphère sereine que l’on devine menacée. L’élément déclencheur de la descente aux enfers nous frappe de plein fouet au cours des deux premières minutes. L’horreur proposée par la prémisse du film se mélange aussitôt au drame psychologique, et nous sommes plongés tête première dans le désarroi.

S’en suit le déménagement (dans une grande maison un peu sinistre et semi-meublée!) et la vie continue péniblement, mais sûrement. Rachel vacille entre courage et désespoir. Jusque-là, tout semble être disposé pour que nous nous fassions semi surprendre par quelques sauts amenés lentement mais sûrement lors de scènes angoissantes. Mais The Twin n’emprunte pas cette voie et continue de frôler de près le drame tout en suggérant l’horreur. Ce calibrage des deux genres peut souvent être un piège à longueurs et à la mise en attente de l’effroi. Le film n’échappe pas à cette tendance, mais garde son attrait par la beauté de ses paysages, son jeu d’acteurs réussi et son revirement inattendu.

Difficile d’être clair dans sa critique sans divulgâcher les événements qui combleront le dernier tiers du film. Après quelques mises en situation douteuses (rituels étranges et sans attache précise au reste de l’histoire) et plusieurs personnages venus de nulle part, la finale vient donner un sens à l’apparent désordre du film. Disons simplement que la confusion a sa place de choix. Dans un style similaire à Relic, The Twin explore le mal-être de l’humain confronté à une réalité si pénible à accepter que le corps, le cœur et la raison s’entêtent à la rebuter. À regarder… jusqu’à la fin!

Note des lecteurs2 Notes
Points forts
Jeu des acteurs
Revirement innattendu
Cinématographie réussie
Points faibles
Quelques longueurs
Pas effrayant du tout
3
Note Horreur Québec

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×