Jason2

[⏪ 1981, l’année du slasher] Friday the 13th Part 2: épouvante (aïe)

Note des lecteurs0 Note
3.5
Note Horreur Québec

Né dans les années 1970, ce n’est réellement qu’en 1981 que le slasher est devenu une tendance populaire au sein du 7e art. Eh oui, déjà quarante années ont passé depuis la plus grande cuvée du sous-genre horrifique. Ainsi, Kristof G. passe en mode On rembobine afin de revisiter pour vous une douzaine des plus excitants, stressants et sanglants slashers de 1981. Rendez-vous chaque dernier en ce vendredi 13 du mois, pour bien débuter votre «week-end de terreur»…

Friday the 13th Part 2 affiche film

Fils à sa maman

Après The Burning, My Bloody Valentine, Home Sweet Home, The Prowler, Hell Night et Final Exam et Graduation Day et Happy Birthday to Me, c’est maintenant au tour de Friday the 13th Part 2 (en v.f. Le tueur du vendredi, Vendredi 13: Chapitre 2), comme c’est justement un vendredi 13 aujourd’hui. On n’avait donc vraiment pas le choix de revisiter le 2e volet, qui fête ses 40 ans.

AVERTISSEMENT: si vous n’avez pas vu le film, on vous suggère d’arrêter votre lecture dès maintenant et d’aller illico le visionner (avec votre videodisc, votre cassette VHS, votre DVD ou votre coffret Blu-ray de Scream Factory sorti l’an dernier, si vous vous êtes gâtés en vous procurant ce fabuleux box set), car on débute la dissection du synopsis.

D’emblée, pas besoin de revisionner le premier (à part si vous voulez revoir le beau Kevin Bacon se faire salement flécher par Tom Savini d’en dessous de son lit!), car on nous sert ici un beau petit résumé du film original en accéléré, lors d’un flash-back en forme de cauchemar que fait la final girl de l’original, Alice (Adrienne King, qui reprend brièvement son rôle). Avec évidemment la fameuse décapitation de Pamela Voorhees (la souriante Betsy Palmer).

On apprend aussi que les autorités n’ont jamais retrouvé le noyé garçon en putréfaction. Hon. Celui-là même qui lui a sauté dessus depuis le fond du lac, yo, alors qu’elle était, bien relaxe, dans un canot à nonchalamment caresser l’eau. Deux mois après le massacre, elle est toute seule chez elle, mais Jason l’a retrouvée et il a apporté la tête de sa maman adorée. Et bang, surprise! notre héroïne se fait poinçonner le visage subito presto, avant le générique d’intro.

Friday the 13th Part 2 image film

Suivez le guide

Fast-forward cinq ans plus tard, alors qu’est également de retour ce bon vieux fou de Ralph (toujours Walt Gorney), alors qu’une bande de jeunes se rend dans un campement situé tout près de celui de Camp Crystal Lake (ou Camp Blood pour les intimes), fermé pour les raisons que vous connaissez. Lors de la traditionnelle scène du feu de camp, on raconte la légende non pas de Cropsy, mais bien de Jason, qui apparemment rôde toujours dans le coin… quand soudain, Ted (Stu Charno) surgit de nulle part avec un masque d’Halloween pour terroriser ses amis. Eh oui, un petit faux sursaut, comme lorsque le chat surgit chez Alice au début.

Notre nouvelle héroïne, Ginny (Amy Steel), est prête à toute éventualité: elle possède une scie mécanique, la petite. Lorsqu’on tombe sur un chien bien mal en point, on commence à s’inquiéter pour vrai. Et avec raison, mais ça n’ira pas plus loin, comme Jason plante un grand marteau dans la caboche du policier de service (Jack Marks) lorsqu’il découvre son repère. Comme des pièges ont été installés dans les bois, Paul (John Furey) se prend le pied dedans, avant d’avoir la gorge tranchée.

Friday the 13th Part 2 image film

Une tuerie à l’italienne

Les fans de slashers les mieux renseignés connaissent bien les films américains ayant inspiré le sous-genre. Qu’on parle de Psycho et Peeping Tom (deux classiques de l’épouvante sortis en 1960), ou encore de Black Christmas (1974), on voit bien leur influence dans Halloween et tous les ersatz qui ont suivi. Or, on parle moins souvent de l’impact du cinéma de genre italien, notamment le sexy et sanglant giallo.

Que ce soit au niveau des baignades nocturnes, de l’utilisation d’armes blanches ou encore des meurtres ultra-graphiques, le sceau du giallo est partout sur le slasher. D’ailleurs, les meurtres de nos deux amoureux embrochés par un harpon (Sandra et Jeff) et celui avec le coup de machette en plein visage (Mark) ont été calqués tels quels sur un classique de Mario Bava sorti exactement dix ans auparavant: on parle de l’excellent A Bay of Blood alias A Twitch of the Death Nerve (ou La baie sanglante en version française), qui passait justement sur Frissons TV récemment.

Dans le dernier acte, on voit enfin Jason, sans son iconique masque de hockey (ce dernier n’arrive que dans le troisième) mais affublé plutôt d’un sac de jute, d’une chemise à carreaux et d’une salopette, pareil comme un épouvantail. Qui plus est, notre bonhomme a beaucoup grandi en cinq ans (un molosse, comparé au mioche barbouillé qui ne savait pas nager), en plus de faire preuve de beaucoup de créativité au niveau des armes utilisées. En plus des marteaux, harpons et machettes susmentionnés, on le voit aussi avec le couteau de cuisine de Michael et même une fourche, ce qui est plus qu’approprié vu son look de fermier.

La fête des Mères

Friday the 13th Part 2 image film

Et on se finit ça avec du grand-guignol, alors que Ginny tombe sur le mausolée qu’a bâti Jason pour sa chère maman, qui arrive avec sa pioche… comme dans My Bloody Valentine (qui nous rappelle cette autre coïncidence cocasse: lorsque la jolie Terry — jouée par Kirsten Baker — perd ses vêtements post-baignade, on pense à un autre slasher de 1981, soit The Burning!). À la toute fin, on nous refait le coup de la surprise au ralenti avec une dernière apparition, démasquée cette fois, de Jason qui bondit, avec son look de mutant hillbilly (repris des décennies plus tard dans la franchise/hommage Hatchet).

Cette fois-ci, c’est Steve Miner qui réalise, après avoir été producteur associé et réalisateur de seconde équipe sur le premier. Il restera en poste pour le troisième volet et réalisera également House (aussi produit en 1985 par le réalisateur du premier Vendredi 13, Sean Cunningham), Warlock (1989), Halloween H20 (1998), Lake Placid (1999) et la refonte de Day of the Day (2008).

Bref, un très cool deuxième volet qui reprend plusieurs éléments du premier (le lieu, les personnages, leur promiscuité), tout en essayant à tâtons un paquet de trucs (le look du tueur, les meurtres, les armes utilisées), qui se cristalliseront ensuite dans les opus suivants. Un excellent vendredi 13 à toustes!

Friday The 13th Part 2 (1981) - Official Trailer
Note des lecteurs0 Note
3.5
Note Horreur Québec

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×